There is no advertising on Be Sport. We only use cookies:


  • To measure audience, analyze usage and optimize the user experience;
  • To measure the performance of our advertising campaigns.

By accepting, you help us to improve Be Sport and make us known!

To find out more about cookies, the data used and their processing, as well as the partners with whom Be Sport works, you can consult our data protection policy.

Accept all
All except advertising
Refuse all
    AFP - Agence France Presse
    Saturday, October 12, 2019, 10:33am UTC

    XV de France: "Robot" Ntamack, programmé pour gagner

    image

    D'humeur publique égale, insensible à la pression et joueur complet à 20 ans: l'ouvreur du XV de France Romain Ntamack, façonné par son père Emile, fascine ceux qui l'ont vu grandir, qui lui reconnaissent des airs d'androïde.

    "J'étais franchement assez serein avant de commencer le match, sûr de nos forces." La réaction du N.10 français après le succès crucial contre l'Argentine en ouverture de la Coupe du monde (23-21) donne un aperçu de l'homme, ou plutôt de l'humanoïde, au regard toujours impassible.

    "Ce n'est pas parce qu'il ne vous montre pas d'émotions qu'il a la grosse tête ou quoi que ce soit; c'est un joueur posé et qui ne se met pas forcément de pression", le défend Maxime Médard, son coéquipier à Toulouse. "Franchement à son âge, chapeau."

    Pour Yoann Huget, autre taulier du Stade comme de l'équipe de France, Ntamack est déjà, après quelques sélections (11) seulement, un leader des Bleus. "Un gamin qui a une telle emprise sur un groupe à cet âge-là, c'est rare. Son âge n'a rien à voir avec ses compétences", dit l'ailier, impressionné par celui qui a brulé les étapes depuis sa nomination au sein de la liste élite en 2017, alors qu'il n'avait encore jamais joué en Top 14.

    "Le talent, on l'avait décelé depuis longtemps. On le voyait travailler tous les jours pas loin de son père", ajoute Novès, parti du club en 2015, quand Romain n'avait que 16 ans, pour prendre en main la sélection.

    Emile Ntamack est donc bien l'ingénieur en chef de son automate de fiston. "Quand il était petit déjà, il regardait les vidéo de son père. Maintenant, il regarde les siennes. C'est tout un cheminement déjà fléché. Ça aide", estime Michel Marfaing, directeur du centre de formation du Stade Toulousain, qui se souvient aussi de ses repas chez les Ntamack quand Romain n'avait pas encore démarré l'école de rugby. "Sitôt le repas terminé, il allait taper tout seul. Il avait toujours un objet sportif entre les mains."

    Novès livre une analyse similaire. "Son attitude robotique, c'est une attitude réfléchie, c'est l'attitude de quelqu'un qui a confiance en lui, qui se concentre, mais avec une concentration qui n'inhibe pas."

    Et tant pis pour les journalistes, qui préfèrent les joueurs avec un peu plus de spontanéité. Mais rassurez-vous, Ntamack fils, "monté à la vitesse d'une fusée", dixit Marfaing, des Crabos (- de 18 ans) au groupe pro toulousains, a encore des faiblesses. Victime d'un coup de mou après ses premières capes bleues lors du Tournoi des six nations, il a "râlé" d'être un champion de France remplaçant, relégué sur le banc en fin de saison, confirme Huget.

    Pour Novès, Ntamack "va encore progresser. Le prochain pari de Romain est de maîtriser totalement son poste en vue du Mondial 2023", pose l'ex-sélectionneur. La machine est programmée pour le tournoi en France, mais cela n'empêche pas de prendre encore un peu plus d'avance au Japon.

    ...

    Contact Be Sport